INCA PEROU

Le 15 juin:

Départ pour Puno…le passage de la frontière péruvienne se fait en dix minutes, même Maje est surprise de la facilité à entrer dans le pays!!!
À peine posé nos sacs dans un hôtel, qu’on file au port et embarquons pour les iles Uros!!!! Cet « archipel » réalisé par l’homme se composent de 92 iles faites de roseaux… Peuplées de 2500 personnes, les iles sont très touristiques mais conservent un mode de vie traditionnel …
Le peuple du lac fonctionne de façon communautaire, chaque ile reçoit les touristes à tour de rôle. Lorsqu’on marche sur les iles faites de roseaux, on s’enfonce légèrement! Tout est fait en roseaux ici, des habitations aux bateaux…. Les habitants nous expliquent leur mode de vie: comment ils fabriquent les iles, de quoi ils vivent, ils nous proposent de nous habiller de façon traditionnelle. On apprend qu’afin d’éviter aux iles de dériver au vent, elles sont attachées à un tronc d’arbre planter au fond du lac et sont lestées à une grosse pierre. Les iles ont une durée de vie de plus de dix ans.
Après notre visite sur l’ile nous nous rendons au marché artisanale réputé pour ses lainages en alpaga… On trouve quelques merveilles et partons dîner en ville… La transition Bolivie/ Pérou se ressent surtout dans le changement de monnaie, on passe des Bolivianos aux Sol, la vie est un peu plus onéreuse au Pérou. Autre constatation, il y a de nombreux tuc-tuc qui circulent…on pensait ces véhicules cantonnés à l’Asie!!!

Le 16 juin:

Belle traversée en bus de l’Altiplano d Puno à Cusco….on aimerait pouvoir s’arrêter et profiter des décors sauvages… Nous n’avions pas vu beaucoup d’Alpaga jusqu’à notre arrivée au Pérou, mais depuis le passage de la frontière ce sont des dizaines de troupeaux de ces magnifiques camélidés qui colorent le paysage. Ils sont troooooop beaux avec leur tête de peluche et leur laine est si douce qu’on aimerait en avoir un en animal de compagnie à la maison!!!

On se souvenait de Cusco comme une plaisante ville mais on avait oublié à quel point l’ancienne capitale des Incas est de toute beauté. Les ruelles de la vieille ville sont pavées, les sous bassement des maisons coloniales reposent sur des murs incas aux pierres parfaitement ajustées, les nombreuses places abritent toutes une église finement décorée, des balcons en bois sculptés et colorés habillent les maisons blanchies à la chaux,…On loge dans une auberge de jeunesse située sur les hauteurs de la place des armes, le Kurumi Hostel. Nous sommes proches du centre, du quartier des San Blas et bénéficions d’une belle vue sur les toits en tuiles de la ville.
Notre priorité est d’acheter nos tickets d’entrée pour le Macchu Pichu afin de pouvoir retrouver la famille Leblond… Il est conseillé de réserver à l’avance car la visite du site est à présent limitée à 2500 personnes par jour!!! Il y a des billets de disponible: 130 Sol par adulte et moitié prix pour Maje. Pour Bonnie c’est gratuit. Après les tickets d’entrée, il nous faut le transport… On se ruine en réservant nos billets de train! Incarail est meilleur marché que Perurail, ça fait tout de même mal… On décide de prendre un Aller/ retour Ollantaytambo/ Agua calientes pour diminuer le coût, pas de tarifs enfants, tout le monde à la même enseigne: 360 US $ l’aller/retour pour la famille!!!!
Il y a dix ans, nous avions gravit le Wana Pichu librement, aujourd’hui il faut le réserver à l’avance et payer quelques dizaines de Sol supplémentaires …  Mi juin, aucune place pour le grimper n’était disponible avant septembre!!!!
Après ces formalités établies, on part se rassasier à la Bohème, une crêperie française dans le plaisant quartier des San Blas!!! C’est bon de savourer une galette de blé noire après dix mois de voyages loin de la Bretagne!!;-)

Le 17 juin:

On se prépare un petit sac à dos pour tenir 4 jours loin de Cusco, on laisse nos 100 kilos de bagages à la clock room et on grimpe dans le premier collectivo en partance pour Ollantaytambo. 10 sol par personne, il n’y a rien à dire!!!  On arrive pour le déjeuner dans la jolie petite ville dominée par une forteresse Inca aux pierres taillées de plus de 50 tonnes. On arpente les ruelles traditionnelles de la cité à la recherche d’un hôtel pour le lendemain soir. On trouve « the place to be », une petite hospetaje dotée d’un patio ou pousse un grand figuier, de balcons ornés de peaux de moutons, de chambres spacieuses et propres…le tout tenue par une jeune fille très accueillante. Pour combler les filles, il y a même un petit parc avec des cochons d’Inde.
On réserve pour le lendemain et on part prendre notre train!  La Famille Leblond arrive 5 minutes avant le départ… Les connaissant plutôt prévoyant, on a bien cru les avoir perdu… Les filles s’étaient décomposées pensant ne plus les revoir…
Notre soirée est déjà programmée, nous avons réservé un restaurant largement plébiscité par les guides de voyage: le indio feliz, tenu par un couple franco péruvien. Deux étages accueillent les touristes dans différentes pièces à la décoration de pirates. C’est assez chargé mais chaleureux. Le restaurant est plein, notre table de huit nous attend à l’étage. L’addition est salée pour une qualité correct mais pas si exceptionnel… On s’attendait à encore mieux!!!

Le 18 juin:                   LE MACHU PICHU

6 heure du matin, le réveil sonne. On passe par la Boulangerie de Paris se ravitailler en viennoiserie pour notre petit déjeuner: enfin un vrai bon pain au chocolat!!! On rejoint les Leblond à l’entrée du site à 8h15. Ils montent en bus, on a privilégié une petite mise en jambe;-) Ca grimpe raide pour accéder au Machu Pichu, quelques deux kilomètres de marches et 400 mètres de déniveler.  On appréhendait un peu pour les filles mais nous sommes une fois de plus surpris par leur aptitude à marcher!!! On avale la montée en 1h30, elles n’auront même pas eu le temps de commencer à se plaindre que nous étions au sommet!!!
Nos amis nous attendent déjà, il fait grand soleil. On passe les guichets et démarrons la visite avec un guide français. Les Incas étaient des nobles du peuple Quechua…  Ils avaient asservi en moins de trois siècles de nombreux peuples de Quito à Santiago. On apprend pourquoi des sacrifices à Pachamama avait lieu lors du solstice d’hivers: les Incas, qui vouaient un véritable culte au soleil, étaient affolés de voir l’astre disparaître. Ils délivraient le sang d’un animal ou d’un humain à la Pachamama afin de retenir le soleil….dès le lendemain du solstice les jours se prolongeaient, ils pensaient que leur sacrifice en était la cause et ainsi ils perpétuaient cette offrande chaque année!!!
Le site du MACHU PICCHU n’aurait jamais été réellement habité par les Incas, seuls les ouvriers y séjournaient… Il était encore en construction lorsqu’il fut abandonné.
On redescend à Agua calientes en début d’apres midi, retour à la Boulangerie de Paris pour une bonne pâtisserie à la française et train pour Ollantaytambo à 16h10. Le contrôleur déplace des personnes afin que nos deux familles soient réunis dans le train:-) un carré pour les enfants et un carré pour les adultes…. Les parties de Uno s’enchainent jusqu’à notre destination!
À la sortie de la gare les larmes coulent sur les joues de Maje, Bonnie ne parlent plus, nous sommes tristes de quitter la famille Leblond…ils poursuivent leur voyage aux États Unis et nous rejoignons l’Equateur… Nos chemins se séparent et la perspective de se retrouver en France ne suffit à redonner le moral aux troupes… La soirée sera morose et on ira vite se coucher….

Le 19 juin:

Visite de la forteresse d’Ollantaytambo, les salines de Maras et les cultures de Moray, on fait tout en collectivo, leurs moyens de locomotion sont d’une efficacité redoutable pour un prix dérisoire. À peine on arrive au bord de la route qu’un véhicule nous transporte vers notre prochaine destination. On termine notre journée au village de Pissac ou on va passer la nuit. Soirée foot et pizza en perspective: c’est la coupe America et ce soir il y a match Bolivie/ Chilie.

Le 20 juin:

Petit déjeuner au mercado central d’excellent jus de fruits frais puis taxi pour le sommet des ruines de Pissac… On redescend à pied au milieu des cultures.
On rejoint Cusco en fin d’après midi en collectivo. À notre arrivée, la ville est animée de défilés de danses traditionnelles et ce soir un grand feu d’artifice est prévu … Le mois de juin est très festif à Cusco et attire de nombreux touristes surtout pour le 24 juin et l’Inti Rami!!!

Adresses culinaires….incontournables….
Nous découvrons l’excellent restaurant vegetarian: The Green Point… Les plats sont bons marchés et surtout de très bonnes qualités et très bien présentés… Je rêverais de connaître une telle adresse en France….la réputation de l’établissement se transmet sur les blogs, sur les guides touristiques et surtout de bouches à oreilles entre voyageurs… Les plats sont sont si copieux qu’il est possible d’emporter les restes… Les tables ne désemplissent pas… Ce sera notre adresse culinaire coup de cœur de Cusco…on y dinera tous les soirs sans nous lasser….
Pour le  déjeuner, fidèle à nos habitudes, nous nous attablons à une table peinte en bleu du Mercado central… Pour une dizaine de sol, on se régale de poulet, truites ou cochon de lait… Il est aussi possible d’acheter des Cuys préparés au four pour 35 sol… Forcément on a gouté, et il faut dire que accompagné de  Rocoto relleno ( poivrons farcis trooooop bons) nous nous sommes régalés …. Nous avons d’ailleurs partagé notre découverte culinaire avec Mathilde et Gaël que nous avons retrouvé pour un rapide déjeuner avant leur départ vers la cordillère blanche…
On passe nos 4 jours à Cusco à arpenter les rues, les marchés, les églises… On visite le Musée Pré-colombien qui dévoile des poteries d’une étonnante modernité et des bijoux en or et argent de grande finesse.
On partage notre dernier déjeuner avec Maude et Julien qui viennent d’arriver en ville. On les emmène au Green Point :-) ou un menu à 12 Sol est proposé pour le déjeuner: Buffet de salade, soupe, plat, dessert et une boisson…. Le tout très très bon….pour 3€50 par personne!!!!! étonnant  et tellement bon!
On passe notre après-midi à regarder les défilés sur la places des armes, tant de danses, de costumes, de couleurs..!!!  On prolongerait quelques jours à Cusco avec Maude et Julien mais notre bus nous attend…
Nous partons pour Lima en 23 heures et enchaînons pour Trujillo pour encore une dizaine d’heures… Deux nuits d’affilées à dormir dans le bus…ce n’est pas très motivant;-)

Le 25 juin:

Trujillo est la troisième ville du Pérou. Elle est surtout connue pour ses ruines pré- incas. Nous prenons une guide parlant français pour la journée afin de découvrir les principaux sites.

Huacas del Sol y de la Luna:
Huaca signifie endroit sacré!! Les Huacas del Sol et de la Luna sont deux vastes temples en adobe qui dominaient une vallée habitée par la civilisation moche au II-VIII siècles.
On commence la visite par un petit musée dévoilant des poteries et des objets trouvés dans des tombes qui se trouvaient dans le temple de la Luna. Beaucoup de représentation d’animaux, on retrouve souvent le serpent, le félin et le condor … Trois animaux pour les trois mondes, le sol pour les ancêtres, la terre pour les vivants et l’air pour le sacré, les dieux….Les moches ne connaissait pas l’écriture mais les dessins qui recouvrent les poteries sont si délicats et précis qu’ils permettent une véritable lecture de leur mode de vie…
On ne visite que le temple de la lune, les archéologues fouillent actuellement l’ancienne ville qui s’étendait entre la Huacas Del sol et celle de la Luna. Les recherches tardent, le pays peine à trouver les budgets tant les fouilles coûte de l’argent et tant les sites sont nombreux!!!
Le Huacas de la Luna était un temple cérémoniel voué aux dieux.. Il a été 5 fois agrandit afin d’augmenter sa puissance. Pour ce faire, les Moches recouvrait le temple en place par des briques d’adobes et construisait par dessus l’ancien, un nouveau temple plus conséquent mais à la même configuration. Les temples étaient parés de bas reliefs colorés à l’effigie du dieu de la montagne: sa bouche est un félin, ses yeux sont ceux d’un hibou, ses cheveux sont les vagues de la mer….la nature était vénérée par le peuple Moche. On trouve également des motifs  des animaux sacrés et des soldats de la cité dont certain étaient égorgés et donnés en sacrifice au dieu de la nature… Les dessins sont très bien conservés, ils ont traversé les siècles protégés par les épais murs d’adobe…
Les dérèglements climatiques, dus à El nigno, inquiétaient tant le peuple qu’ils pensaient voir venir la fin du monde…ils s’imaginaient dévorer par la nature…. Dans le temple de l’arc-en-ciel, situé à quelques kilomètres, leurs peurs se retrouvent sur les murs ou on peut voir de nombreux arcs-en-ciel terminés par une tête de monstre près à croquer un homme.

Le site de Chan Chan

Chan Chan était la capitale de l’empire Chino. Leurs ancêtres n’étaient autres que le peuple Moche…La ville s’étendait sur plusieurs kilomètres et comptait au moins 10 temples… L’érosion et l’air marin ont détruit la plus part des édifices, les temples rénovés permettent d’imaginer quel devait être l’ampleur de la civilisation. Les temples étaient protégés par des enceintes de plus de 7 mètres de haut. Les murs étaient de forme légèrement trapézoïdale afin de résister aux tremblements de terre…les incas se sont sûrement  inspirés de ces ouvrages…

Le 27 juin:

Mancora
Nous arrivons au petit matin à Mancora, petit village de pêcheur considéré comme le Saint Tropez des Péruviens… La comparaison s’arrête à sa notoriété car il est difficile de trouver du charme à cette petite ville côtière… Il est vraisemblable que suite à nos destinations de rêve nous sommes devenus un peu difficile, mais ici pas d’eau transparente, pas de fonds marins colorés, du sable fin mais gris et des plages mal nettoyées … Beaucoup d’habitations le long du littoral trop souvent fouettées par les vents semblent abandonnées. On trouve par chance un bel hôtel très bien entretenu: le Mama Sirena… Le propriétaire est hollandais et son épouse est péruvienne, ils ont deux charmantes petites filles de 3 et 5 ans: Luna et Azul…Maje et Bonnie vont passer leur temps à jouer avec les filles!!! Dans l’hotel il y a une piscine et un petit parc animalier ou cohabitent trois perroquets, 5 lapins, deux tortues et 6 gros iguanes… Les propriétaires sont ravis de voir nos filles jouer avec les leurs, la maman insistent pour garder Maje et Bonnie à déjeuner, à jouer…
Mancora est réputée pour ses vagues propices au surf et à ses après-midi ventées propices au kite… Malheureusement il y a eu du vent le premier jour et lorsque nous nous sommes organisés pour kiter le vent n’est plus revenu !!!
Pour nos dîners en ville, on nous a conseillé « Los Delphinos », un restaurant à poisson tenu par des pêcheurs … Le ceviche de pescado était à tomber et les calamars frits aussi…le jus de fruits de la passion idem… On a mangé là pendant trois jours!!;-)

Le 29 juin:

C’est jour de fête à Mancora comme dans tous les villages de pêcheurs du Pérou … San Pablo et San Pedro sont les saints protecteurs des pêcheurs et aujourd’hui on les célèbre et les remercie… Les bateaux sont décorés, des bouquets de fleurs sont préparés et les statues des saints sont placées sur une embarcation pour une sortie en mer…Des centaines de péruviens se rendent au port. La propriétaire de l’hotel nous presse, elle a décidé de nous emmener assister à la fête. Sur le quai, la foule s’est rassemblée et tente de prendre place dans un bateau. Les pêcheurs remplissent leur embarcation et emmènent gratuitement les personnes le souhaitant pour une virée en mer…
En jouant des coudes et grâce à un tempérament très affirmé, notre « hôte » arrive à trouver un bateau… Nous partons bien entourés pour deux heures en mer sous un soleil de plomb. La fanfare joue, les ballons et les guirlandes virevoltent au vent, les gens sont joyeux… A mis chemin, les reines des pêcheurs sont décorées d’une banderole et un discours remercie les saints pour l’abondance du poisson et la protection des pêcheurs, une gerbe de fleurs et quelques bouquets sont jetés à la mer. Lorsque les applaudissements cessent, les bateaux repartent vers le port… La propriétaire nous convie à déjeuner, elle a, pour l’occasion, fait cuisiner un canard. Nous sommes gênés de cette générosité, les filles sont ravies de rester avec leurs copines!!!

Le 30 juin:

Encore quelques larmes des filles en quittant le Mama Sirena et encore un bus Cruz Del Sur pour nous emmener vers notre nouvelle destination: l’Equateur… « Cruz Del Sur » n’est pas la compagnie la moins cher… c’est plutôt l’inverse, mais la qualité du service et du confort rendent les longues distances presque appréciables;-) De Cusco à Lima, nous avions une télé par siège, pour 23 h. de voyage, c’était plaisant…! Cette fois, « seuls » 3 postes de télévision se partagent l’allée mais comme d’habitude la wifi est disponible, les bagages sont pesés et numérotés avant d’être embarqués, nos sacs à main sont passés au détecteur et nos visages sont filmés… On ne se permet pas l’avion pour faire quelques économies mais on choisit une compagnie des plus sûre !!!
Nous quittons le Pérou accompagnés d’un petit pincement au cœur…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>